Histoires et Passés

La vie des drones n°3 : le drone Adriana Karembeu, le drone John Wayne, etc.


Encore plus frustrant que de nous priver de Pamela Anderson (voir article du 3 décembre), un drone va peut-être briser la généreuse vocation d’Adriana Karembeu au sein de la Croix Rouge.

Car cette fois, ce sont les victimes de crise cardiaque qui, au lieu de recevoir massage cardiaque et bouche-à-bouche, seront secourus par un drone.

Après avoir appris que les victimes de crises cardiaques meurent plus souvent dans l’ambulance qu’à l’hôpital, l’Autrichien Stefen Riegebauer a conçu le premier réseau de drones de premiers secours.

defibrillateur_drone

Leur but est d’acheminer l’équipement et les équipes de secours sur les lieux plus rapidement possible. Concrètement, une application regroupe toutes les personnes formées aux soins de premiers secours au sein d’une communauté. Des stations de drones équipés de défibrillateurs sont installées sur tous les bâtiments d’une ville pour que dès qu’un des membres de la communauté envoie un signal d’alerte via l’application, un drone apporte directement le défibrillateur sur place et les services de secours sont alertés (plus d’infos ici: www.fastcoexist.com/3017084/this-drone-defibrillator-can-fix-your-heart-in-the-middle-of-nowhere).

Pour remplacer John Wayne, c’est, évidemment, du côté américain qu’il faut chercher le drone conçu pour défourrailler à tout va. Le Département de la Sécurité Intérieure utilise déjà des drones pour patrouiller aux frontières, équipés de capteurs capables de distinguer des personnes armées ou non, et d’intercepter les signaux de communication (www.theverge.com/2013/3/2/4057414/border-patrol-epic-documents-reveal-drone-specs). Mais le shérif de l’état du Texas veut aller plus loin et envisage des drones équipés de tasers, de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc… Une version plus « soft » est en préparation au Brésil où, à l’approche de la Coupe du monde de foot de juillet 2014, les autorités ont acquis des drones Hermes équipés de lasers, de systèmes hyperspectraux et de grands systèmes de balayage de zones. Ils participeront au maintien de la sécurité dans les stades lors des matches en fournissant, aux forces présentes aux abords du stade, une vision plus globale.

La liste des autres drones apparus récemment est interminable :

* le drone d’épandage

Michael Toscano, président de l’association américaine « AUVSI » consacrée aux drones prédit que dans les prochaines années et en particulier dès qu’ils seront autorisés à voler dans l’espace aérien américain, l’agriculture représentera à elle seule 80% des drones volant aux USA. Selon lui, les drones pourront traiter les cultures plus efficacement car, en volant à seulement deux ou trois mètres au-dessus des plantes, ils pourront contrôler très précisément la pulvérisation des traitements pour qu’ils arrivent sur les plantes à faible dose et, donc, faire en sorte qu’ils n’atteignent pas la nappe phréatique. Côté français, le drone de la jeune start-up « Airinov » est capable de livrer un diagnostic agronomique pointu et de guider le cultivateur vers une utilisation optimale de ses terres. De quoi dresser un portrait précis des parcelles agricoles et de leur bonne santé.

* le drone chasseur de tornades

Les chercheurs de l’Université d’Oklahoma développent eux un drone capable d’étudier les tornades grâce à des capteurs d’humidité, de température, de vitesse du vent, etc. L’objectif étant aussi de suivre le chemin que parcourt la tornade pour évacuer au plus vite les habitants menacés.

* le drone antivol

La SNCF utilise déjà quelques drones pour inspecte l’état de certains viaducs ferroviaires sur la ligne à grande vitesse Méditerranée (Paris-Marseille) afin de ne pas aavoir besoin d’interrompre la circulation des trains, a déjà obtenu de bons résultats en repérant les microfissures et autres pathologies des viaducs en béton précontraint car les drones peuvent s’approcher très près des ouvrages d’art et renvoient les images en direct. Mais elle va surtout, prochainement, étendre à l’échelle nationale un réseau de drones pour repérer les acttes de vol de câbles de cuivre.

* le drone « médecin du monde »

La start-up californienne Matternet développe, elle, de petits drones autonomes capables de livrer des médicaments dans les régions où les réseaux de communications sont peu développés, mal entretenus ou inexistants. Concrètement, la société espère pouvoir expédier des traitements à des cliniques isolées en Afrique, mais aussi faire transiter des prises de sang et des résultats d’examens d’un laboratoire à un hôpital sans être tributaire de l’état des routes ou des transports en commun. Matternet a d’ailleurs testé ses drones en Haïti, après le tremblement de terre.

* mais encore …

– Les sapeurs-pompiers des Landes testent les appareils de Fly-n-Sense pour lutter contre les incendies en fournissant des cartes des feux en temps réel.- La chaîne Domino’s expérimente la livraison de pizza à domicile par drone.- WWF va déployer des drones pour repérer les braconniers des espèces menacées- Un drone sert d’épouvantail pour éloigner les oies Bernache du Canada qui pullulent (donc souillent par les fientes) sur une des plages les plus populaires d’Ottawa.

On a compris l’idée… une révolution est en marche et il faut souhaiter que la France va s’y lancer. Nous maîtrisons les 3 technologies majeures pour ça : l’aéronautique, la robotique, l’intelligence artificielle. Maintenant, allons-y !

Auteur : JMD

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.